top of page

Les larmes de la rentrée chez le jeune enfant : une merveille de la nature humaine ?

"L'enfant qui pleure à l'entrée à l'école ou à la crèche dit moins "maman ne me quitte pas !" que "he oh, qui assure ma sécurité par ici ? Ah, c'est toi, maître.maîtresse ? Prouve-le !" "


Ce matin, c'était la rentrée, et la grande majorité d'entre nous, parent de jeunes enfants (et puis après tout, il n'y a pas d'âge pour pleurer), sommes passés par la fameuse case de la SE.PA.RA.TION.

Celle tant redoutée, celle que nous aimerions expédier, parfois. Ces larmes face auxquelles nous parents, pouvons nous sentir tristes, coupables, démunis, honteux, gênés ...


Et si ces larmes étaient moins A CAUSE de la séparation, que POUR la RELATION qui se présente: celle avec l'adulte référent de la classe ?


Imaginons :

Notre enfant est paisible, en sécurité avec sa figure d'attachement (son parent). Il arrive devant la classe quand soudain un évènement majeur et déstabilisant intervient dans le périmètre de sécurité de l'enfant :

UNE NOUVELLE PERSONNE EN VUE ! (ce peut être la nouvelle maîtresse, la maîtresse pas vue depuis 2 mois, ... Et oui, loin des yeux loin du coeur ... en tout cas, loin du système d'attachement !)

Quel déséquilibre dans la sécurité et la paix intérieure ressentie trois minutes plus tôt !

Or, pour survivre, le petit humain a absolument besoin de sécurité et de stabilité. Ainsi, l'organisme doit ABSOLUMENT revenir à cet état d'équilibre !


Le signal envoyé au cerveau enclenche des comportements d'attachement de la part (inconsciente) de l'enfant : pleurer, s'agripper, suivre, demander les bras ...


-> C'est là que se met en fonctionnement le Système d'Attachement, dont nous disposons TOUS, et qui nous permet de nous lier les uns aux autres : en l'occurrence, de créer un nouveau lien rassurant avec la maîtresse, lien au sein duquel l'enfant trouvera un refuge paisible, une base sécure. En s'activant, le système d'attachement sollicite des COMPORTEMENTS DE SOIN, de la part de la figure d'attachement.

Et c'est précisément à cet endroit que va pouvoir se créer le nouveau lien : en s'intéressant aux larmes de l'enfant, en s'approchant de lui, en le prenant dans ses bras (et grâce au comportement facilitant de la figure d'attachement principale (son accord tacite pour que la maîtresse intervienne !)), la Nouvelle Personne Référente - qui va devenir Figure d'attachement secondaire dans la vie de l'enfant, lui offre la possibilité d'un futur espace de sécurité où il pourra venir se ressourcer dans la journée. Il saura que cette personne est présente pour assurer sa sécurité ... information et sentiment (de sécurité) indispensable à l'entrée dans les apprentissages !

Merveilleux, non ?



143 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Yorumlar


bottom of page